Seuls comptent désormais l'auteur et le lecteur

Ce n’est pas tant qu’Amazon veut être calife à la place du calife : dominant déjà la vente des livres et celle des livres électroniques, elle entend surtout prouver que seuls comptent désormais l’auteur et le lecteur.

le lundi 07 janvier 2013
 

Il fut un temps pas si lointain où, en proie à un conflit familial, le capital de Gallimard était ouvert aux convoitises extérieures. Bouygues s’étant manifesté, la nouvelle amusa, sidéra puis inquiéta. Aujourd’hui que le numéro 1 du bâtiment s’est également taillé un empire dans les télécommunications, la nouvelle surprendrait beaucoup moins. C’est que les mastodontes du secteur et ceux de l’internet apparaissent non comme les prochains mais comme les nouveaux grands acteurs du livre. Ce sont eux qui risquent de prendre le contrôle de l’édition après avoir maîtrisé celui de la librairie. Amazon est à ce titre le plus souvent cité, avec Apple et Google.
Tandis qu’en France les éditeurs, repliés sur un conservatisme souvent frileux vis à vis des nouvelles technologies et instruit par la faillite de l’industrie musicale, campent sur leurs positions (prix élevé du livre numérique, mésentente avec les auteurs, incapacité à créer un portail commun de vente en ligne), la société de Jeff Bezos ne cesse d’avancer ses pions. Sa stratégie ? S’assurer la domination du marché du livre électronique, après avoir maîtrisé avec le succès que l’on sait celui de la vente en ligne des livres-papier, et proposer aux auteurs des contrats avantageux d’autoédition qui leur permettent de se passer des services traditionnels de l’édition-papier. Ce n’est pas tant qu’Amazon veut être calife à la place du calife, même si elle a recruté l’ancien patron de Time Warner Book pour diriger Amazon Publishing : elle entend surtout prouver à l’univers du livre que seuls comptent désormais l’auteur et le lecteur, le producteur et le consommateur ; dans un tel schéma, l’éditeur apparaît comme un intrus qui a trop longtemps abusé de ses privilèges. Un intermédiaire sans nécessité. Ce qui n'est rien moins que démagogique.
Un miroir aux alouettes ? Pas si sûr. En tout cas, ce n’est ni par le déni ni par la crispation que nos éditeurs parviendront à conjurer la menace d’un nouveau modèle économique pour le livre en France.

--------

A lire :

"Amazon Announces Literary Imprints, Little A & Day One" sur le Huffington Post.

l’auteur
Pierre Assouline

Journaliste et écrivain.

VOS COMMENTAIRES

Entrez les deux mots ci-dessous, avec ou sans espace. Les lettres ne sont pas sensibles à la casse.
Une difficulté pour lire ? Essayer un autre
 
L'Histoire Le Magazine Littéraire Historia La Recherche Le Quotidien de l'Art
Sophia Publications — © 2012, tous droits réservés.